Albania

Albania ... (1)20 ans déjà : sur les traces de l’écrivain Faik Konitza, jeudi 15 juin

vendredi 9 juin 2017 par en , ALBANIA , E. Noygues

L’association "Albania" organise une rencontre autour de l’écrivain albanais Faik Konitza (1875-1942), considéré comme l’un des fondateurs de l’identité albanaise, en compagnie de Safet Kryemadhi.

Safet Kryemadhi vit à Bruxelles. Il a précédemment publié chez Ovadia : Balades littéraires en Albanie (2013), Voyage en Albanie (2014) et Légendes, fables et contes (2015). Evelyne Noygues, co-fondatrice de l’association « Albania », présentera l’auteur et animera la rencontre.

 

Écrivain, essayiste, polyglotte, Faik Konica choisit la langue de l’autre pour mieux ancrer son pays en Europe et diffuser les idées européennes parmi ses compatriotes. En 1897, il fonde à Bruxelles la revue « Albania » dont le contenu traite aussi bien des questions nationales et politiques que de celle d’une langue albanaise autonome et unifiée. L’association « Albania » a choisi il y a 20 ans de prendre le nom de cette publication en hommage à Konica.

A cette occasion, l’association célèbrera ses 20 ans en même temps que les 120 ans de la revue "Albania" de Konitza.

Maison des Associations du 7ème arrondissement : 4 rue Amélie (à l’angle du 93 rue Saint-Dominique). Métro : La Tour-Maubourg ou Invalides. Entrée libre et gratuite.

Faïk Konitza

Né en 1875, le jeune aristocrate albanais Faïk Konitza s’installe à Bruxelles en 1896 où il fonde et anime la revue « Albania » dont l’aura n’a cessé de grandir depuis plus d’un siècle.

Un homme « riche en dons naturels » pour Henri Bourgeois qui ne se trompait pas en assurant que « sa mémoire sera un jour justement honorée ».

« Sa pensée communiait avec ce que l’intelligence européenne possède de plus élevé », précise le diplomate belge Fernand Van Langenhove.

Léon Cahun voyait en Konitza « l’un des meilleurs esprits et des plus fermes ».

L’homme séduit ou fascine ses contemporains. « Un élégant conspirateur » d’après le journaliste Maurice de Waleffe.

André Salmon évoque « un de ces purs » tandis qu’Apollinaire n’a cessé d’admiré « l’Albanais le plus érudit de l’Europe ».

Le jeune Konitza revendiquait la France comme sa « patrie intellectuelle ». Ce dont la revue « Albania » garde la trace. Les pages de cette publication qui paraît jusque 1909 pétillent d’esprit polémique et de connaissances sur la question albanaise et des Balkans.

Traces de Faïk Konitza, Éditions Ovadia 2017, 240 pp, 20 euros (en vente sur place).

A LIRE ÉGALEMENT SUR CE SITE  :
- Une anthologie de la revue “Albania” : sur les traces de Faik Konica
- Guillaume Apollinaire et Faik Konica : une amitié européenne
- 2013 : une année faste pour la littérature albanaise en français : Balades littéraires en Albanie


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 772393

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITE...  Suivre la vie du site Rencontres-débats   ?

Tous droits réservés © 1997-2017 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce