Albania

Centenaire de l’Etat albanais : les parutions des éditions "L’Espace d’un instant"

par Dominique DOLMIEU

vendredi 28 décembre 2012 par en , E. Noygues

Il y a dix ans paraissaient Les Taches sombres de l’auteur albanais Minush Jero, inaugurant ainsi l’aventure éditoriale des éditions "l’Espace d’un instant". Aujourd’hui, cette maison d’édition spécialisée dans les oeuvres de théâtre s’associe aux célébrations du centenaire de l’indépendance de l’Albanie (28 novembre 1912) avec ses parutions d’auteurs albanais.

10 ans  !

200 textes, 150 auteurs, 75 livres…

En 2002, c’était avec Les Taches sombres de Minush Jero, traduit par Christiane Montécot, que les éditions "l’Espace d’un instant" se jetaient dans l’aventure éditoriale. « Une œuvre significative et symbolique, qui dénonce la façon dont les régimes totalitaires en arrivent à tuer l’art, briser les artistes, asphyxier l’esprit moderne et novateur, et faire silence sur la vérité », en disait Luan Rama dans sa préface.

 

LES TACHES SOMBRES de Minush Jero

(Durrès 1968)

Traduit de l’albanais par Christiane Montécot

La pièce les Taches sombres restera dans l’histoire du théâtre albanais comme une oeuvre significative et symbolique, qui dénonce la façon dont les régimes totalitaires en arrivent à tuer l’art, à briser les artistes, à asphyxier l’esprit moderne et novateur, et à faire silence sur la vérité. La vie de cet auteur dans le goulag albanais en est un exemple édifiant.

Encerclé de barbelés pointus et surveillé par les tours de guet des gardes en armes, face à ce coin de ciel livide, Minush Jero n’imaginait pas que sa création connaîtrait une seconde vie, qu’un jour elle serait exhumée de ce cimetière gigantesque édifié par la censure albanaise de jadis…" Luan Rama

Ouvrage publié avec le concours du Centre national du Livre

ISBN 2-9516638-5-4 / PRIX TTC 9,30 €

 

LA FORÊT de Kasëm Trebeshina

(Tirana 1976)

Traduit de l’albanais par Anne-Marie Autissier

Au cours de cette Odyssée contemporaine se joue l’arrivée d’Ulysse au royaume des Phéaciens, des créatures animées par l’esprit de lucre et les apparences du pouvoir, et vivant dans un monde régi par la peur, l’hypocrisie, la bêtise et la corruption des puissants. La quête d’Évandre s’y révèle bientôt impossible ; celui qui ose les questions existentielles est d’emblée catalogué comme un personnage indésirable, dangereux. Sous ses dehors parodiques, La Forêt décrypte les ressorts d’un pouvoir corrompu et totalitaire, mais qui se rend omnipotent par son absence. Nul doute que dans l’écriture de Kasëm Trebeshina le grotesque côtoie le tragique en permanence. Les êtres ravalés au rang d’objet verront-ils des jours meilleurs ? Cesseront-ils d’être prisonniers des lieux où ils habitent et des identités dans lesquelles on les enferme malgré eux ?

Le style de La Forêt est alerte, souvent provocateur, toujours étonnant. Inédite dans l’espace francophone, attendue depuis 20 ans, la traduction de cette métaphore de la dictature est un événement.

Kasëm Trebeshina est né en 1926 à Berat, en Albanie. Incarcéré à plusieurs reprises pour avoir manifesté ses doutes sur les orientations du régime d’Enver Hoxha, ce poète, nouvelliste et dramaturge, dont on a crédité l’écriture de « réalisme poétique », est une icône du théâtre et de la dissidence dans son pays.

ISBN 978-2-915037-69-2 / PRIX TTC 11 €

 

LES ARNAQUEURS d’Ilirjan Bezhani

(Tirana 1996)

Traduit de l’albanais par Christiane Montécot

Daku, haltérophile mal dégrossi, et Rando, poète presque pacifiste, sont aux prises avec leurs usuriers, qui exigent le remboursement de leur dette, tandis qu’Aco, patron pétri d’un islam largement délayé, tremble à l’idée que sa femme, Donika, découvre que c’est la dot de leur fille qu’il a empruntée. Les trois comparses, ayant investi auprès de Rrako, tentent de récupérer leur fonds. Rrako propose alors de vendre à une famille grecque l’enfant qu’attend sa femme, Juli, qui consent au sacrifice et accepte la transaction. Mais du commissaire de police au fonctionnaire européen, les candidats à la paternité sont légion...

Cette comédie contemporaine a pour cadre l’Albanie aux prises avec le capitalisme sauvage. Une surprenante vision des pyramides financières et du gigantesque krach qui ont plongé l’Albanie dans l’insurrection générale de 1997.

Ilirjan Bezhani est né en 1949 à Tirana, Albanie. Dramaturge, acteur et metteur en scène au Théâtre national de Tirana, il a reçu de nombreux prix en Albanie, ainsi qu’au festival de Trieste. Il a notamment participé aux rencontres "Balkanisation générale" à Paris en 2002. Ses textes ont été présentés dans plus de quinze pays d’Europe, ainsi qu’à l’Echangeur de Bagnolet et au festival Les Francophonies en Limousin, à Limoges.

Ouvrage traduit et publié avec le concours du Centre national du Livre et de la Maison Antoine-Vitez.

ISBN 2-915037-01-9 / PRIX TTC 10 €

A lire également :- Théâtre : "La guerre au temps de l’amour" de Jeton Neziraj

 

Fièvre d’Anton Pashku

(Prishtina 1975)

Traduit de l’albanais et préfacé par Eqrem Basha et Christiane Montécot,(2003)

avec le concours du Centre national du Livre et de la Maison Antoine-Vitez.

3 comédiens

A lire Fièvre d’Anton Pashku, on éprouve une sourde inquiétude, une crainte, une alarme. Un danger mal identifi é, mais à coup sûr terrible, menace les trois personnages de ce drame que l’auteur a choisi de situer en avril 1939, mais qu’il est aisé de transposer en d’autres temps. Coincés par la tourmente dans un refuge en haute montagne, Lulu et Lulan cherchent vainement à comprendre ce qui les a menés là. Grièvement blessé, en proie à une forte fi èvre, Lulash délire. Agir ou subir ? Dans certaines situations, il n’y a plus de bon choix, semble nous dire Anton Pashku, mort quelques années à peine avant le début d’une nouvelle tourmente.

Anton Pashku (1937-1995) est né à Grazhdanik, au Kosovo. Poète et romancier, journaliste et éditeur chez Rilindja, il est l’auteur dramatique kosovar le plus renommé. Régulièrement monté dans l’espace albanophone, Fièvre a également été présenté à Cherbourg, à Londres, à Paris, ainsi qu’au Festival d’Avignon.

ISBN 2-915037-00-0 / 56 pages / 10 €

 

Au seuil de la désolation de Teki Dervishi

(Prishtina 1985)

Traduit de l’albanais et préfacé par Anne-Marie Autissier et Arben Bajraktaraj, (2005)

et le concours du Centre national du Livre et de la Maison Antoine-Vitez.

4 comédiennes et 6 comédiens

Au seuil de la désolation a reçu l’Aide nationale à la création de textes dramatiques de la DMDTS en 2005. Au seuil de la désolation embrasse neuf cents ans d’histoire à travers le parcours d’un personnage, le Joueur, errant parmi les morts comme parmi les vivants.

Revisitant la légende de Constantin et de Doruntine, Teki Dervishi fait du Joueur un envoyé du royaume des morts, chargé de ramener à sa mère Doruntine sa soeur éloignée d’elle par un lointain mariage. Victime de la peste, Constantin se lève de sa tombe pour accomplir la promesse faite à sa mère. Mais rien ne se passe comme prévu. Le Joueur traverse le monde et ses événements sans jamais y participer. Sa présence agit comme un révélateur des peurs et des haines des autres ; et surtout de leurs mensonges, soigneusement et collectivement entretenus. Au seuil de la désolation est la pièce phare du théâtre kosovar contemporain.

Teki Dervishi est né en 1943 au Kosovo. Figure emblématique du théâtre albanais, ses débuts littéraires dans la Yougoslavie des années 1960 commencent par la prison. Journaliste, romancier, poète et dramaturge, ses oeuvres sont jouées régulièrement en Europe. En France, ses textes ont déjà été présentés à Gare au Théâtre et à la Cité internationale universitaire de Paris. Teki Dervishi a été directeur du Théâtre national du Kosovo, à Prishtina, de 2003 à 2008. Il est décédé en 2011.

ISBN 2-915037-15-9 / 320 pages / 15 €

 

La Mission de Sabri Hamiti

(Prishtina 1997)

Traduit de l’albanais par Anne-Marie Autissier et Fatime Neziroski, préface de Catherine Bédarida (2007).

5 comédiennes et 15 comédiens

Les événements de La Mission se déroulent au Kosovo, en Albanie et en Europe occidentale, et ils évoquent le destin de personnages tiraillés entre leur attachement à la patrie – moteur de leur existence – et la terre inconnue et hostile où ils se réfugient. Au départ de l’intrigue, l’assassinat politique d’un idéaliste, Isa, que l’engagement pour la liberté va mener jusqu’au sacrifi ce de sa vie.

En toile de fond se profilent les événements politiques qui ont secoué la région en cette fin de siècle, sous le signe d’une extrême tension politique.

Sabri Hamiti est né en 1950 au Kosovo. Poète, critique littéraire, dramaturge, il enseigne à l’université de Prishtina. Entré en politique aux côtés d’Ibrahim Rugova en 1989, il est régulièrement élu député depuis 1992. Accueilli en France par le Parlement international des écrivains pendant le confl it, il a participé depuis à différents projets collectifs, représentés notamment à l’étoile du Nord et au Festival d’Avignon.

ISBN 978-2-915037-39-5 / 108 pages / 12 €

 

Voyage en Unmikistan

Par un collectif d’auteurs du Kosovo dirigé par Daniel Lemahieu (Prishtina 2003)

2 comédiennes et 6 comédiens

Version bilingue français-albanais, traduit par Irena Rambi, préface de Dominique Dolmieu, avec le concours du Bureau de liaison de la France à Prishtina, du Centre Multimedia et du ministère de la Culture de la République du Kosovo (2004). Voyage en Unmikistan a reçu l’Aide nationale à la création de textes dramatiques de la DMDTS en 2005.

Prizren – Kosovo, printemps 2003. Un groupe d’auteurs kosovars se réunit autour de Daniel Lemahieu pour un atelier d’écriture. Leurs textes sont le refl et de la société kosovare contemporaine : les blessures encore vives, les errements des Occidentaux, les drames et les contradictions de la quête d’une identité, la lutte contre la violence et la corruption. Voyage en Unmikistan, autrement dit, le Kosovo sous administration de l’UNMIK.

Emmené par Daniel Lemahieu, écrivain de théâtre et ancien secrétaire général du Théâtre national de Chaillot avec Antoine Vitez, l’atelier a réuni Sabri Hamiti, l’un des principaux dramaturges kosovars, également chef de groupe parlementaire, Ilirjan Bezhani, l’auteur des Arnaqueurs, invité de l’Albanie voisine, Kujtim Paçaku, artiste de la communauté rrom de Prizren, et plusieurs auteurs de la nouvelle génération théâtrale à Prishtina, dont Doruntina Basha et Jeton Neziraj, directeur du Centre Multimedia.

ISBN 2-915037-08-6 / 104 pages / 10 €

Ces ouvrages sont disponibles soit auprès de la Maison d’Europe et d’Orient, soit auprès de n’importe quelle librairie.

Pour plus d’information : http://www.sildav.org


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 983332

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECRITS...  Suivre la vie du site Parutions   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce