Albania

Exposition : Adrian PACI - "Vies en transit", du 26 février au 12 mai

Musée du Jeu de Paume - 1, place de la Concorde – 75008 Paris

vendredi 22 février 2013 par en

L’exposition présentée à Paris rassemble des oeuvres très diverses : vidéos, installations, peintures, photographies et sculptures réalisées depuis 1997, et montre les nombreux chassés-croisés qu’Adrian PACI opère entre ces différents modes d’expression et médiums.

Une expérience entre deux identités séparées nourrit une création artistique contemporaine appréciée autant à Milan et à Paris qu’à Montréal...

Adrian Paci est né en 1969 à Shkodra en Albanie. En 1997, il fuit les violentes émeutes en Albanie pour se réfugier, avec sa famille, en Italie. À son arrivée dans ce pays, il abandonne temporairement la peinture et la sculpture, pour adopter la vidéo, explorant ainsi de nouveaux langages et les moyens d’expression cinématographiques. Son expérience de l’exil, le choc de la séparation et l’adaptation à un nouveau lieu définissent le contexte de ses premières vidéos, à travers lesquelles il tente de retrouver les racines de son passé.

Au Musée du Jeu de Paume à Paris

A travers la première rétrospective de son travail en France, Adrian Paci présente un ensemble d’oeuvres très diverses - vidéos, installations, peintures, photographies et sculptures -, réalisées depuis 1997, ainsi que sa dernière pièce The Column, une installation vidéo spécifiquement réalisée pour son exposition au Jeu de Paume, accompagnée par la colonne en marbre présentée à droite de l’entrée dans le jardin des Tuileries.

« Le fait d’être à la croisée des chemins, à la frontière de deux identités séparées, se retrouve dans toutes mes productions cinématographiques », déclare Adrian Paci. Progressivement, il se détache de son vécu personnel pour traiter de l’histoire collective, dans des oeuvres qui mettent l’accent sur les conséquences des conflits et des révolutions sociales, et qui révèlent comment l’identité est conditionnée par le contexte socio-économique. Travaillant avec des acteurs non professionnels, il explore la plupart des problèmes existentiels et sociaux de notre époque : migration, mobilité, perte, déplacement, mondialisation, identité culturelle, nostalgie, mémoire...

A la croisée de l’histoire

Souvent inspiré par des sujets qui lui sont proches, par des histoires issues de sa vie quotidienne, Adrian Paci les fait glisser poétiquement vers une fiction, qui, à son tour, produit une ou plusieurs réalités plus larges.

Si son expérience de l’exil définit le contexte de ses premières œuvres, Adrian Paci se détache peu à peu de son propre vécu pour élargir sa réflexion à l’histoire collective. Ses projets mettent l’accent sur les conséquences des conflits et des bouleversements sociétaux. Dans ses mises en scène, l’artiste explore ainsi le sentiment de la perte, la revendication d’identité et le caractère transitoire, inhérents à la condition humaine.

The Column * est une réflexion sur la vitesse à laquelle l’offre et la demande doivent être satisfaites dans l’économie contemporaine. Prétexte à un voyage poétique entre l’Orient et l’Occident, la vidéo montre la transformation d’un morceau de marbre par des sculpteurs en une colonne romande, durant les longues semaines de son transport en mer.

The Column, 2012. Vidéo. Courtesy kaufmann repetto, Milan, et Galerie Peter Kilchmann, Zurich © Adrian Paci 2012

* The Column est une oeuvre coproduite par le Jeu de Paume, PAC Padiglione d’Arte Contemporanea (Milan), Trondheim Kunstmuseum, Röda Sten Konsthall (Göteborg), NCTM studio legale associato (Milan) et Unicredit (Milan).

- Les différents articles consacrés sur ce site à l’exposition d’Adrian PACI au Jeu de Paume, sont réalisés avec l’aimable concours de Malika Zingli et d’Annabelle Floriant. -

A lire également sur ce site :

- Interview d’Adrian PACI, plasticien et vidéaste originaire de Shkodra/Shkodër

- Adrian PACI invité par le Centre Pompidou, jeudi 24 juin 2010

Pour en savoir plus sur Pasolini chez Paci, lire dans le "Magazine" du Jeu de Paume :

La parole à… Hervé Joubert-Laurencin ... De la permanence temporaire

Spécialiste d’André Bazin et de Pier Paolo Pasolini, Hervé Joubert-Laurencin est professeur de cinéma à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Il contribue depuis vingt-cinq ans à traduire et à faire connaître l’oeuvre de Pasolini en France. Ses recherches actuelles portent sur la théorie et l’histoire de la critique de cinéma.

Liens :

“Vajtojca”, Adrian Paci (2002)

“Centro di Permanenza temporanea”, Adrian Paci (2007)


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 997952

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TOUT AZIMUT...  Suivre la vie du site Expositions   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce