Albania

Interview de Francis CORPATAUX, ethnomusicologue, après la sortie d’un CD de musique polyphonique dans la collection "Le chant des enfants du monde" consacré à l’Albanie chez Arion-Music

jeudi 1er octobre 2009 par en

Francis CORPATAUX est ethnomusicologue et professeur à la faculté d’éducation de Sherbrooke, dans la province des Cantons de l’Est, à 100 km de Montréal au Québec. En 1987, il est parti du constat qu’il n’existait pratiquement pas de recherche sur les chants des enfants dans le monde.

Alors que ces chants traditionnels tendent à disparaître des cours d’école et de la vie quotidienne, il monte un projet innovatuer et unique : répertorier les chants et jeux d’enfants, les contines, les berceuses à travers le monde.

Francis CORPATAUX a l’idée de produire une collection musicale sur CD regroupant des interprétations de chansons typiques de régions diverses, venant du monde entier. En 2009, Arion-music produit un CD rassemblant des chant d’enfants en Albanie, 16ème volume d’une collection consacrée aux chants des enfants du monde.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous rendre en Albanie ?

En Europe, les pays qui conservent et cultivent le mieux leurs traditions musicales sont les pays de l’Est, particulièrement la Bulgarie, la Roumanie et encore aujourd’hui l’Albanie.

Le sous-développement des voies de communication, la configuration géographique, le sentiment d’appartenance à une région rurale ou urbaine et la fierté aussi, la récupération aussi à des fins politiques des traditions ont favorisé et favorisent une diversité d’expressions dans les domaines de la musique, de la danse, des costumes, de l’alimentation, de l’artisanat.

Pourquoi ne pas vous être rendu au Kosovo, en Macédoine, dans la région de l’Epire sur le sol grec ou, encore, parmi les Albanais qui ont définitivement émigré dans le sud de l’Italie au XVè siècle. Après tout, eux aussi cultivent la tradition des chants des enfants...

Je tenais à faire mes premiers contacts avec les musiques albanaises en Albanie même, celle qui est délimitée politiquement par ses frontières d’aujourd’hui tout en étant conscient que la culture albanophone dépasse ces frontières et que des cultures grecques macédoniennes sont incluses dans l’Albanie. Il m’a semblé important de découvrir les 4 ou 5 grandes régions du pays qui sont représentatives des diverses facettes de la culture musicale.

JPEG - 321.7 ko
Carte de l’Albanie
Le voyage le conduit dans toutes les régions du pays.

Comment avez-vous organisé vos contacts ?

Ma première démarche consiste à étudier les diverses formes musicales existantes, à vérifier la pertinence de me rendre dans telle ou telle région. Ensuite, j’ai cherché, par le biais de contacts officiels ou privés, des personnes qui pourraient collaborer sur place et qui ont de l’intérêt pur ce type de collaboration. J’ai précisé à ces personnes que leur tâche serait de prendre contact avec les autorités municipales, scolaires, avec des responsables culturels, puis de faciliter la relation avec les enfants et leurs parents ou leurs enseignants…

Et, ensuite, vos déplacements ?
-  les transports en commun partout où c’est possible
-  la location de voiture ou de jeep pour des trajets spécifiques
-  voitures privées

Comment s’est fait concrètement le contact avec les enfants ?

Les personnes accompagnatrices contactent les directions d’école ou des responsables de centres culturels ou des parents. Puis c’est le contact avec des enfants à qui on a bien expliqué le pourquoi de notre présence en prenant bien soin de ne pas laisser trop de temps pour une préparation qui biaiserait le sens de ma démarche ; il ne se passe jamais plus d’un jour entre ces premiers contacts et les séances d’enregistrements. Par l’intermédiaire des interprètes, je m’adresse régulièrement aux enfants, je les invite à me donner une aide « technique »… Il s’agit là d’une des tâches majeures des personnes accompagnatrices de mettre les enfants en confiance.

JPEG - 78.7 ko
Francis CORPATAUX
Il parcoure l’Albanie à l’été 2008.

Qu’avez-vous découvert, appris, surpris avec ce voyage : . du point de vue ethnomusicologique ?

Les influences byzantines dans le sud qui sont à l’origine des polyphonies avec l’iso ou le bourdon chez les Lab, les Tcham. Les influences musulmanes dans le nord où la dominance est plutôt monophonique.

L‘utilisation d’instruments selon les régions bien identifiées, par exemple le çifteli, le lahute (vielle monocorde), le def.

Sans connaître ces origines, les enfants et les ados sont capables de reproduire ces musiques et par là de participer aux différents événements sociaux dont le plus fréquent, est le mariage.

La transmission orale du répertoire ludique entre enfants perpétue des formes de jeux durant toute la scolarité primaire

. ou sur d’autres plans : humain, etc.

Tout d’abord, la qualité de l’accueil qui s’est manifestée par l’ouverture à mon projet, par cette expression si invitante : allons prendre un café ; par le rituel du raki. Ensuite, le besoin d’exprimer l’absence de confiance dans les autorités, l’inquiétude pour l’avenir des enfants, le manque de services dans les domaines de la santé, de l’éducation. Enfin, je dois dire le désir de quitter le pays malgré l’attachement affectif.

. du point de vue scolaire :

J’ai été frappé par l’implication des institutrices et instituteurs aux niveaux primaires et secondaires, ainsi que par l’absence de matériel, des salaires très bas et pas toujours versés régulièrement.

. au plan musical, etc.

Les Albanais aiment la musique… ils ne sont pas que des auditeurs, ils sont chanteurs, instrumentistes. Dans les restaurants, la TV diffuse régulièrement des émissions de musiques folkloriques.

Quand vous étiez en Albanie pour enregistrer les enfants, vous avez rencontré un ensemble de chant polyphonique constitué de jeunes gens. Pourquoi avoir enregistré, sur le champ, un CD avec ce groupe du village de Lapardha en pays Lab ?

Ce disque est né de la rencontre de deux maîtres de cette culture musicale Lab, M. Nazif Celaj de Lapardha et M. Mohamed Tartari, de Vranisht, un autre village de la vallée...

Dans le souci de maintenir la vitalité des chants polyphoniques de cette région, M. Celaj a fondé un ensemble formé des membres de sa famille, alors que M. Tartari transmet son savoir à des groupes de garçons de l’école dont il est le directeur.

M. Tartari a réuni un groupe d’enfants pour chanter des polyphonies et cette rencontre m’a amené à prendre contact avec M. Çelaj qui est le directeur du groupe de jeunes.

Une première captation a eu lieu dans une salle du Centre de formation d’éducateur à Vlora une deuxième dans une école secondaire de Vlora un dimanche matin. Le travail de ce groupe s’inscrit dans une continuité de cette forme polyphonique particulière à cette région. J’ai eu le privilège de rencontrer trois générations de chanteurs

Vous avez peut-être quelques anecdotes à nous raconter....

Je pense à ce garçon de 11 ans qui, voyant ma conjointe assise sur un muret de l’école, vient lui donner spontanément une rose.

Je pense à des institutrices de Snocem qui marchent chaque jour 2 heures le matin et autant le soir pur se rendre à l’école et qui sur place partagent avec nous leurs repas.

Je pense à Mme Drita, à Barjam Curri, qui a eu l’autorisation de la directrice de l’école pour nous accompagner pendant 3 jours.

Je pense à un papa et à son fils qui ont marché de leur village éloigné jusqu’à Gramsh pour enregistre le fyull.

Je pense aux enfants de Breglumas, ce quartier de pauvres parmi les pauvres Je pense aux Roms de Kuçova, qui n’ont pas pu résister à se mêler aux enfants et aux ados pour danser et nous faire danser...

Je pense à tous les Jetmir, les Luli, les Drita, les Entleva, les Viktor, les Amarilda et Lindita qui nous ont accompagnés et aux centaines d’enfants et d’ado qui ont donné des visages et des cœurs à cette Albanie … et beaucoup de musiques.

Propos recueillis et mis en forme par ©Evelyne Noygues, 2009.

Voir également Rencontre avec Francis Corpataux, ethnomusicologue et POLYPHONIES DE LAPARDHAJA : LES CHANTS LABS A L’HONNEUR


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 996487

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site QUI SOMMES NOUS ?  Suivre la vie du site Rencontres d’Albania  Suivre la vie du site 2009   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce