Albania

Légion d’honneur du Docteur Solange d’Angély : discours du Professeur de médecine Gérard LENOIR

CEMPEA - Coopération Educative et Médicale Pour les Enfants d’Albanie

jeudi 20 mai 2010 par en

"J’ai le privilège de remettre ce jour au Docteur Solange d’Angély les insignes du grade de chevalier dans l’ordre de la légion d’honneur. Je le fais « au nom de la République et des pouvoirs qui nous sont conférés » et donc en votre nom à tous venus célébrer cette distinction exceptionnelle.

JPEG - 790.4 ko
Espace Scipion (AP-HP) 5 mai 2010

"Auparavant, je retracerai cette vie toute emprunte de médecine des enfants certes mais aussi d’initiative citoyenne et surtout d’humanité et d’humanisme. Ceci ne saurait en rien représenter une « carrière », terme habituellement consacré dans cette circonstance. Il convient mieux, en effet, aux récipiendaires masculins encore en écrasante majorité dans l’ordre.

Remarquez que pour ce qui est des médailles, Solange d’Angély, s’y est prise très tôt ; elle obtient à la fin de son internat dans les hôpitaux privés (appelés « pieux » dans notre sphère hospitalière) une médaille d’or, qui lui permet d’effectuer une cinquième année d’interne. Elle la doit à son extrême rigueur intellectuelle, ses grandes connaissances en particulier sur le bébé et à son dévouement déjà total et repéré par ses patrons que sont à Saint Joseph : Boissière, Hurez et Debray.

Lors de son premier voyage en Albanie, elle voyage avec Paul Milliez dont l’intérêt pour ce pays est notoire. Dès ce voyage, l’Albanie, sa première grande passion, lui vaudra en 1999 sa deuxième distinction prestigieuse et internationale : la médaille Mère Térésa, remise par l’Ambassadeur à Paris Luan Rama au nom du Président de la République d’Albanie Rexhep Meidani.

Solange d’Angély est une femme d’exception qui choisit à 20 ans de faire médecine et en même temps de se dévouer, comme bénévole du monde associatif avant même que l’on ne parle de médecine humanitaire ! Elle ira partout avant de se focaliser au début des années 1990 sur les Balkans.

Croix de Chevalier de la Légion d'honneur

Le plan de mon intervention est calqué sur son parcours de vie : la réussite, la renommée, la gloire et la consécration :

Solange Aimée Henriette d’Angély est la fille de Robert d’Angély né à Paris à la fin du XIX ème siècle, grand érudit diplômé du lycée français Saint Benoît, dirigé par les frères des écoles chrétiennes, et de la grande école grecque du Phanar du patriarcat œcuménique à Istanbul. Solange admire non seulement le père mais le linguiste, l’érudit. Elle apprendra l’albanais « en lisant les journaux et les écrits ». En toute logique elle fera éditer les œuvres de son père sur les origines de la langue albanaise. Sa mère Marie Bégna, est née à Përmet en Albanie. Le père de Marie Bégna était médecin. Il va soigner les blessures contractées dans des combats de Robert d’Angély. On murmure que c’est à l’occasion de ces soins que ce dernier va rencontrer et apprécier la fille du médecin qui le soigne, ce qui se terminera plus tard par un mariage. Un grand-père médecin, des parents admirateurs de Marie Curie, une curiosité scientifique et un intérêt pour les autres évident : en famille chacun est persuadé que « Solange sera docteur ». Difficile pour l’époque mais avec ses grandes capacités intellectuelles, elle sera la première femme interne des hôpitaux privés de Paris ! Elle voue une admiration très grande à sa mère autant qu’à son père et est attirée par leur culture albanaise ; les premiers francs qu’elle gagnera dans son cabinet de pédiatrie à Paris seront pour son premier voyage en Albanie avec sa mère en 1971.

A sa génération Solange fait partie d’une fratrie de cinq ; elle a toujours aidé les jeunes enfants de ses frères et sœurs ou cousins, son neveu Olivier, brillant cinéaste, et sa petite protégée et cousine albanaise Anna, devenue une férue linguiste après son parcours universitaire à Paris. La gloire, Solange d’Angély ira plutôt la toucher en Albanie. Elle y est connue de tous par ses nombreuses apparitions télévisées. Dans la rue la « doctoresse française » ou le « docteur Solange » ne passe pas inaperçue. Il y a une analogie avec une autre bienfaitrice, elle aussi albanaise. Leur rencontre fût éphémère, fortuite, entre deux limousines : et les médailles pieuses que mère Térésa confiera à Solange sont encore le plus beau cadeau qu’ait pu recevoir Solange.

Le Docteur d’Angély est inépuisable, elle exerce, fait le bien autour d’elle et enseigne. En 1991-1992, l ’idée lui vient de créer pour les enfants une association : le CEMPEA « Coopération Educative et Médicale Pour les Enfants d’Albanie », entourée de ses 2 amies pédiatres, Denise Thomas et Marie-Noëlle Cesbron mais aussi avec l’aide de nombreux bénévoles. Leurs réalisations sont nombreuses :
- le programme de « prévention de la thalassémie majeure » qui passe, certes , par l’installation d’un laboratoire ultra moderne mais assure la formation en France d’un médecin et d’une technicienne de laboratoire ;
- les réunions pédiatriques franco-albanaises avec le Pr. Anila Godo de Tirana (auxquelles j’ai eu la chance de participer à plusieurs reprises) ;
- des échanges scolaires, notamment avec le collège Robert Doisneau à Montrouge.

Mais c’est sur le terrain médical que le docteur Solange d’Angély décide de se placer et se battre pour faire progresser l’état de santé des enfants albanais. En mai 1992 ont lieu à Tirana les premières journées franco-albanaises de pédiatrie avec des amis de Trousseau ! J’aurai le plaisir de participer à cinq autres éditions de ces journées, de même que de côtoyer Solange dans la réunion hebdomadaire de mon service à Necker – Enfants malades.

Vous l’avez compris, tout ce que je viens de vous rappeler font bien de Solange une personnalité d’exception. Ce qui nous rapproche d’elle, c’est son comportement quotidien ouvert, gai, actif toujours prête à rendre service. Ainsi la pédiatrie exercée par Solange est basée sur des connaissances solides, renouvelées, mais sa façon humaine de l’exercer, dans un cadre qui depuis ses débuts préfigurait le cadre maintenant bien défini de la « médecine humanitaire ». Un tel éloge ne serait pas complet sans faire allusion de manière discrète aux défauts de l’impétrante. J’ai eu du mal à en trouver : on murmure que la cuisine n’est pas la priorité de Solange, et il semble que ce soir, les bureks et les baklawas n’ont pas été préparés par elle ! Quelle mauvaise rumeur et querelle essaye- t-on de rependre ! Je peux vous le confirmer personnellement : même dans ce domaine Solange excelle !

Au nom de la République française et des pouvoirs qui nous sont conférés, je vous remets, chère Solange, les insignes de Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur.

Professeur Gérard LENOIR, Hôpital NECKER-ENFANTS MALADES

Lire également : Le docteur Solange d’ANGÉLY, présidente fondatrice de CEMPEA - Coopération éducative et médicale pour les enfants d’Albanie - Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur


Portfolio

S. d'Angély et le Pr. G. Lenoir
Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 997899

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITE...  Suivre la vie du site "Coup de coeur"   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce