Albania

Paris : colloque "Lectures d’Ismail Kadaré" organisé en mai 2008

COMMUNIQUE par ornela todorushi

mardi 7 février 2012 par en

Parution de "Lectures d’Ismail Kadaré", ouvrage rassemblant les actes du colloque homonyme organisé par Ariane Eissen et Véronique Gély, tenu le 29, 30, 31 mai 2008 à l’Université Paris10-Nanterre.

Trois jours intégralement consacrées à l’analyse de l’œuvre de Kadaré, signe de l’intérêt toujours constant du monde littéraire français et en particulier de sa composante universitaire, envers l’auteur.

En effet, c’est la France qui est le point de départ de la renommée internationale d’Ismail Kadaré. À la publication en 1970 du Général de l’armée morte, la critique française lui réserve un accueil enthousiaste. L’année 1970 trace ainsi une ligne temporelle imaginaire, qui sert de seuil à la connaissance de la littérature albanaise dans le monde.

Kadaré à l’honneur !

Dans le présent ouvrage, Lectures d’Ismail Kadaré, il s’agit de parcourir les nombreuses possibilités de lecture de l’œuvre d’Ismail Kadaré. Et d’analyser tout particulièrement deux d’entre elles comme le soulignent Ariane Eissen et Véronique Gély dans la préface. L’identification de Kadaré à l’Albanie et également « l’énigme Kadaré » selon l’expression consacrée.

Kadaré a fait irruption dans le champ littéraire français suscitant la rupture avec un passé de quasi ignorance vis-à-vis de la littérature albanaise. Etant durant plusieurs années un des rares écrivains albanais internationalement reconnus, la critique française, notamment la critique journalistique, n’hésite guère à opérer une forme d’identification de Kadaré à l’Albanie. Ainsi l’ouvrage se propose d’analyser les implications des caractérisations de l’écrivain Ismail Kadaré comme : « rhapsode », « barde », chantre » ou « gardien de la mémoire » albanaise.

Néanmoins, la réception de son œuvre étant d’emblé placée sous le signe du mystère, la seconde finalité des travaux de ce colloque consiste à étudier les enjeux de cette énigme. Comme le souligne Dominique Fernandez, Kadaré « dut se battre sur deux fronts », celui de dictature et celui du malentendu avec une fraction de la presse occidentale. Mise à mal par un équilibre inédit entre l’écrivain et la dictature, elle lui reproche des rapports ambigües avec le pouvoir et l’idéologie communiste. Le personnage Ismail Kadaré évoluera dans l’entre deux, donnant naissance à une œuvre hors norme, également située dans l’entre-deux. Une œuvre forte, et un écrivain dont « le choix est d’être en permanence à la frontière » !

Vingt contributions de chercheurs français et albanais, très judicieusement réparties suivant trois titres de l’auteur ; un ouvrage pertinent pour vous inciter à (re)-découvrir Ismail Kadaré.

Retrouvez plus de détail sur : http://www.fabula.org/actualites/eissen-ariane-et-gely-veronique-dir-lectures-d-ismail-kadare_47688.php

Lire également :
- Albania : rencontre avec Helena KADARE et
- "Le rôle et le statut de la ville dans l’oeuvre d’Ismail Kadaré" par Jean-Paul Champseix


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 997952

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECRITS...  Suivre la vie du site Parutions   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce