Albania

Mandi GUEGUEN : comment traduire les médias de langue albanaise

Le Courrier des Balkans fait sa révolution !

vendredi 24 octobre 2014 par en , Evelyne Noygues

En novembre, le premier portail francophone de référence sur les Balkans lance un nouveau site Internet accompagné d’un espace participatif avec ses lecteurs. Il élargit son offre d’enquêtes sur des sujets peu couverts par les autres médias. Pour garantir son autonomie financière, Le Courrier fait appel au soutien des lecteurs d’ici le 6 novembre.

Pour soutenir le CdB, retrouvez-le sur le site d’Ulule.

Le Courrier des Balkans, c’est une rédaction en chef, des journalistes et des traducteurs parmi lesquels, Mandi GUEGUEN, traductrice de l’albanais vers le français.

M.G. : J’ai rejoint l’équipe des traducteurs du Courrier des Balkans en janvier 1999, quelques mois à peine après le lancement de cette aventure qui n’a jamais cessé, même si sa survie a souvent été compromise. C’est dire si nous sommes tous attachés à cette communauté virtuelle de « fans » des Balkans qu’est le Cdb, comme on ’appelle ! Époque « héroïque », Internet en était encore au bas débit… et, je recevais ainsi les quelques journaux comme Shekulli ou Koha grâce à la bonne volonté du vendeur de presse de mon quartier rennais qui avait réussi à le faire venir une fois par semaine. Depuis le rythme des recherches, des feuilletages et des traductions des nouvelles albanaises ponctue mon quotidien. Tôt le matin, tard le soir, entre deux pauses au travail… La traduction fait partie intégrante de ma vie. Cela l’a toujours été - déjà quand je vivais à Tirana et que mettre la main sur un livre ou un magazine français d’actualité relevait du défi !

Je traduis la presse albanaise que je connais bien, mais aussi de l’italien, les articles extraits de l’Osservatorio Balcani e Caucaso, portant sur d’autres pays des Balkans. Cela m’a souvent amenée à mieux comprendre nos voisins directs et plus éloignés et à réaliser à quel point nous partageons les mêmes problématiques.

Mise à part ce suivi quotidien de l’actualité, le Cdb développe également d’autres activités annexes en partenariat avec des institutions ou organisations nationales ou internationales. J’ai ainsi, pendant des années, préparé une revue de presse mensuelle consacrée à l’actualité sociale et sanitaire albanaise pour Handicap International.

Le recueil de ces informations, de la part de tous les correspondants du Cdb des Balkans, aidait cette organisation à mieux canaliser ses actions. D’autres ont été menées en Bretagne, telles que des soirées-débats à la Maison Internationale de Rennes ou à Moëlan-sur-Mer consacrées à la découverte des Balkans. Nous participons aussi au Festival annuel du Film de Douarmenez…

Les articles que nous traduisons paraissent aussi dans les recueils thématiques, Les Cahiers du Courrier des Balkans, dont le dernier est dédié à : Les Islams des Balkans .

Au quotidien, mon travail consiste à repérer les éléments saillants de l’actualité albanaise politique, culturelle, sociale et à les proposer à la rédaction, qui décide de la publication, en conjuguant avec l’actualité et le flux des autres propositions de mes collègues des zones limitrophes. J’ai longtemps mis la priorité de mes propositions sur l’actualité politique en particulier aux moments où celle-ci conditionnait le reste de la vie albanaise, notamment pendant les nombreuses crises que le pays a traversées tout au long de ces années ou pendant les phases électorales, souvent marquées par des tensions.

Je pense par exemple à la page tournée par la défaite législative de Sali Berisha : La fin d’une époque, ou encore aux remous qu’avait provoqués l’éventualité de destruction des armes chimiques syriennes en Albanie : « l’Albanie n’est pas la poubelle de l’Europe » .

Lorsque la conjoncture politique s’apaise, je suis beaucoup plus tournée vers les volets culturels, sociaux et recherche davantage d’articles qui, en plus d’informer, donnent au lecteur francophone la possibilité de connaître autrement ce pays magnifique malgré ses tourments. La découverte des régions, des lieux touristiques, des pépites culturelles, font partie de mes sujets préférés : comme par exemple l’expérience de Zamo Spathara, passionné de rafting et éclaireur du géotourisme albanais, ou encore avec ce couple de père et fils qui se démènent pour développer Le marché de la truffe en Albanie. Je reste aussi très sensible aux problématiques environnementales, particulièrement présentes en Albanie, nous avons ainsi publié un long reportage sur : L’ancienne usine métallurgique d’Elbasan et la pollution dont elle fait l’objet, entre bien d’autres…

L’Albanie reste encore une terra incognita en France. J’y vis depuis vingt ans et bien que les Français que je rencontre sachent où se situe mon pays, rares sont ceux qui en connaissent l’actualité. J’ai aussi officié pour le Courrier International, jusqu’à ce qu’il décide, au printemps dernier, de sacrifier l’Albanie à l’autel du plan de restructuration au sein du journal, seul pays des Balkans à connaître ce sort. Comme si elle ne méritait plus l’intérêt du lecteur francophone. Pourtant, ce pays intrigue toujours autant et je suis ravie qu’il persiste un lieu, sans frontières, pour étancher la curiosité qu’il suscite. La fréquentation et la lecture des articles parus sur notre site témoigne bien de la volonté des Français, ou des francophones du monde entier, initiés ou pas, à suivre et à connaître la vie, les mœurs et les particularités du pays des Aigles…

Éveiller et cultiver cet intérêt pour l’Albanie et les Albanais, autrement que par les « mauvaises nouvelles », comme l’illustre encore l’incident du match de foot en Serbie, le 15 octobre 2014, reste le moteur du Courrier des Balkans et aussi mon combat. L’activité professionnelle que je mène parallèlement à la traduction et au journalisme*, ainsi que la naissance récente de mes deux garçons, grignote pour le moment mon entrain à suivre de plus près l’actualité albanaise. C’est ainsi que deux autres traducteurs ont rejoint notre équipe, Ermal Bubullima qui navigue entre Grèce et Albanie et Jasha Menzel qui baigne dans la vie albanaise depuis qu’il vit à Tirana.

Parti d’une aventure personnelle de son fondateur Jean-Arnault Dérens, le Courrier des Balkans a grandi et gagné en maturité et professionnalisme tout au long de ces 16 années d’existence. Il est promis à un bel avenir, grâce à l’intérêt de notre lectorat, d’une part, et à l’engagement de son équipe dynamique – dont je suis fière de faire partie – pour offrir une information claire, étendue et variée sur les pays balkaniques. Je ne peux que souhaiter que cela continue, car, comme tous mes collègues, nous sommes très attachés à cette « famille virtuelle » qui nous réunit.

* je suis intervenante dans la formation continue en vue de préparer des candidats aux concours de la fonction publique et rédactions professionnelles.

Interview recueillie par Evelyne Noygues©2014

Pour plus d’informations sur la campagne de financement du CdB : CLIQUEZ-ICI


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 996356

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACTUALITE...  Suivre la vie du site "Coup de coeur"   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce