Albania

Marseille : les chants polyphoniques albanais à l’honneur, le 22 septembre

Ensemble MALLAKASTËR à la cité de la musique

vendredi 14 septembre 2018 par Evelyne Noygues , en

La Cité de la Musique de Marseille accueille pour l’ouverture de sa saison, l’ensemble MALLAKASTËR qui interprète des chants polyphoniques albanais d’une profonde intensité dramatique.

Issue de la musique sacrée byzantine, l’isopolyphonie albanaise est une forme élaborée de chant choral, principalement interprétée par des hommes. L’essor du tourisme culturel et l’intérêt croissant des chercheurs contribuent à la revitalisation de cette tradition folklorique unique.

La musique polyphonique albanaise est celle pratiquée en Albanie, mais aussi par les nombreuses communautés albanaises vivant en Italie, au Kosovo et en Macédoine.

Propre au Sud de l’Albanie, la polyphonie a capella constitue un témoignage vivant d’une culture rurale qui s’est perpétuée malgré l’histoire mouvementée du pays. Les trois voix, celle du marrësi, du kthyësi et du hedhësi se répondent, soutenues par un bourdon continu. Émotion garantie !

La polyphonie vocale constitue une des expressions propres au sud de l’Albanie et n’est pas pratiquée dans le nord du pays. Il s’agit d’un chant à plusieurs voix s’appuyant sur un bourdon qui sert de base tonale. Chaque ensemble Lab comprend un soliste, le marrësi (ou preneur), le kthyësi qui lui répond dans un style haché et le hedhësi (ou lanceur) qui s’introduit dans la polyphonie à certains moments. Ils sont soutenus par un chœur en bourdon, appelé iso.

L’ensemble MALLAKASTËR

Richement ornées, volontiers dissonantes à nos oreilles, ces polyphonies a cappella représentent un des aspects les plus prenants d’une culture rurale ayant su résister à toutes les vicissitudes de l’histoire albanaise. Les chanteurs originaires de la région de Mallakastër (sud de l’Albanie), restent de fins connaisseurs de la tradition polyphonique de cette zone ainsi que des autres de Labëri.

La musique traditionnelle : un atout du patrimoine

La musique traditionnelle produite en Albanie est classifiée en deux grands genres musicaux distincts d’une part la musique produite par la tradition orale des Ghegs établis dans le nord du pays et d’autre part les Tosks et Labs dans le sud.

Le district de Mallakastër, en Albanie méridionale, est mitoyen de ceux de de Fier, Berat, Tepelenë et Vlorë. Dans cette région, on trouve différentes formes de polyvocalité, avec ou sans bourdon, qui diffère aussi selon le sexe et de la tranche d’âge des exécutants.

Originaires de cette région, Guri Rrokal, Ali Shametaj, Vladimir « Ladi » Shehaj, Fatmir Tahiral offrent leur interprétation des chants polyphoniques albanais riches en émotion.

L’isopolyphonie pratiquée par les Tosks et les Labs dans le sud albanais

Cette musique fait l’objet d’interprétation lors des fêtes et rassemblements sociaux tels les mariages, les funérailles, la fête des moissons. Aussi dans le sud, les saze (petits orchestres) composés de 4 ou 5 instruments jouent-ils de la musique pour accompagner la danse folklorique lors de réunions festives ou à d’autres occasions. Le festival de musique populaire le plus ancien est celui organisé à Gjirokastra mais d’autres manifestations musicales ont vu le jour ces vingt dernières années.

Le terme iso désigne le bourdon qui accompagne le chant polyphonique et s’apparente à l’ison de la musique liturgique byzantine. Le bourdon est obtenu de deux manières. Chez les Tosks, il est toujours continu et utilise la voyelle ‘e’, les chanteurs reprenant leur souffle en alternance. Chez les Labs, il est parfois rythmique et corroboré par le texte du chant.

Une distinction est établie entre la polyphonie à deux, 3 ou 4 voix. Répandue dans tout le sud du pays, l’isopolyphonie à deux voix est la forme simplifiée polyphonique principalement chantée par les hommes, à quelques exceptions près.

La structure verticale et horizontale de l’isopolyphonie albanaise présente certaines caractéristiques bien connues : les chansons comprennent le plus souvent trois parties (deux parties solos - le chant et le contre-chant - et un bourdon tenu par le chœur).

Le chant à quatre voix est plus rare. On le trouve seulement chez les Labs. Il comprend également deux parties solos, mais s’accompagne d’un double bourdon : l’un chanté par le chœur, l’autre par un soliste. La structure des solos diffère selon la manière d’exécuter le bourdon, dont les deux types présentent aussi une grande variété de structures, notamment dans le style de pédale très répandu dans tous les groupes ethniques.

L’ensemble MALLAKASTËR à Genève en 2010.

La tradition subit les conséquences de la pauvreté, du manque de protection légale et de l’absence de soutien financier aux praticiens, ce qui compromet la transmission du vaste répertoire de chansons et de techniques. D’autres dangers viennent de l’exode rural des jeunes vers les grandes villes mais aussi à l’étranger pour trouver du travail. Aujourd’hui, la transmission du savoir est davantage assurée par des artistes populaires professionnels que par la structure familiale.

Depuis quelques décennies, la progression du tourisme culturel ainsi que l’intérêt croissant de la communauté scientifique pour cette tradition populaire unique ont contribué à la renaissance de l’isopolyphonie albanaise. C’est sans compter avec l’exode rural des jeunes vers les villes qui met en danger la transmission du savoir.

Heureusement, il reste quelques structures familiales, des artistes populaires professionnels et des ethnomusicologues comme Viktor SHARRA en Albanie, Francis CORPATAUX au Canada ou Bernard LORTAT-JACOB* en France, qui sont tous, à leur manière, des ambassadeurs infatigables dans le monde entier.

* sur les recherches duquel s’appuie notamment la rédaction de cet article.

L’ensemble MALLAKASTËR

Distribution :

Guri RROKAL [Chant] , Ali SHAMETAJ [Chant] , Vladimir « Ladi » SHEHAJ [Chant] , Fatmir TAHIRAL [Chant]

Cité de la Musique sur une proposition du Pôle des Musiques du Monde.

Le samedi 22 septembre 2018 à 20h30

Entrée libre. Entrée libre

http://www.citemusique-marseille.com/

4 rue Bernard Dubois

13001 Marseille

04 91 39 28 28

04 91 39 28 28

Pour en savoir plus sur ce site :

- GENEVE célèbre l’ensemble de polyphonies MALLAKASTËR
- Interview de Francis CORPATAUX, ethnomusicologue, après la sortie d’un CD de musique polyphonique dans la collection "Le chant des enfants du monde" consacré à l’Albanie chez Arion-Music
- FRANCIS CORPATAUX : "Chants des enfants du monde" en Albanie
- Le Groupe Polyphonique de la côte d’Himara : invité d’Honneur de la 7ème édition des Rencontres de Coralisula - Ile Rousse (Corse)
- Gjirokastra : "Rencontres musicales des deux mondes" 30 juin-2 juillet
- Musique albanaise : la tradition populaire des montagnes, à la Cité de la musique (Paris 19è), dimanche 23 juin


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 995565

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site MUSIQUE...  Suivre la vie du site Concerts   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce