Albania

Paris : concert de Olen Cesari et International Clandestine Orchestra, lundi 2 avril

par Rezart Jasa

mardi 3 avril 2012

Olen Cesari et « International Clandestine Orchestra » ont présenté « Unexpected », lundi 2 avril, au théâtre "Le Palace", Paris (75009) où ils ont rencontré un public séduit par la virtuosité et la générosité des artistes sur scène.

Retrouvez le concert en images sur youtube ... à la fin de cet article.

« Unexpected », est une excursion musicale qui fait rêver et enchante, un melting-pot de sons, de voix et de couleurs qui évoquent des pays lointains. Un voyage sur les notes d’une corde du violon qui sait toucher au plus profond de l’âme.

Les images du concert :

http://youtu.be/KPme1bRKQO0

http://www.facebook.com/media/set/?...

http://m.lexpress.fr/culture/musiqu...

http://www.lexpress.fr/tiny/1099758

Olen Cesari n’est pas seulement un virtuose du violon, mais un vrai maître de la polyvalence stylistique. Doté d’un rare talent, il captive l’auditeur avec sa musique universelle qui combine différents styles et sons.

Né à Durres, en Albanie, Olen commence à étudier le violon à trois ans sous la tutelle de sa mère, elle-même violoniste de concert. Considéré comme un enfant prodige, il joue en public pour la première fois à l’âge de cinq ans, et à sept il donne son premier récital dans le théâtre le plus important de la ville de Durrës. A 13 ans, Olen Cesari est diplômé avec les honneurs de l’Académie de Musique et des Arts de Tirana et dans la même année il remporte le prix de musique le plus prestigieux en Albanie : la Médaille d’or, pour meilleur instrumentiste soliste.

En 1989, il obtient une bourse et s’installe en Italie où il commence une tournée musicale classique intensive, avec un spectacle dans les plus importantes salles de concerts italiennes, ainsi qu’au Palazzo Barberini et à l’Académie de France à Rome où il joue des grands concertos pour violon de compositeurs tels que Wieniawski, Sibelius, Glasunow, Tchaïkovski, Bach et Mendelssohn. A 14 ans, il surprend le public avec ses spectacles de 24 Capriccios de Paganini, un défi pour tout violoniste, et à 15 ans il remporte le prix « Rodolfo Lipizer", dans l’un des plus prestigieux concours internationaux de violon classique. A seulement 17 ans, Olen Cesari est diplômé dans la renommée Conservatoire Santa Cecilia de Rome, comme le plus jeune violoniste dans l’histoire des conservatoires de musique à Rome.

En 1992, il remporte le Prix Mozart et aussi le droit d’inscription au célèbre Mozarteum de Salzbourg. Sous l’égide du chef d’orchestre italo-américain, Ruggiero Ricci, qu’il considère comme son véritable mentor, Olen gagne le premier prix pour son excellente interprétation d’œuvres de Paganini et entre dans la communauté internationale « Foyer des Artistes ». Encore adolescent, Olen est invité à jouer dans de nombreux théâtres européens, y compris un concert mémorable au Landestheater de Salzbourg, où le Maestro Ricci lui rend hommage en lui permettant de jouer de son inestimable violon Stradivarius. Olen achève son expérience autrichienne en finissant, pour la troisième fois avec les honneurs, après seulement une année d’études au lieu des quatre habituelles. En 1993, Olen part de Salzbourg à Detroit aux Etats-Unis pour une année et continue son activité en tant que violoniste soliste dans les théâtres les plus importants, y compris le « Masonic Temple Theatre » de Detroit et le « Silk Road Theatre » de Chicago.

En 1994, Olen s’installe à New York où il commence à explorer différents genres de musique : jazz, noir, soul, rap, country et ethniques. Ses clubs préférés, dans cette période, sont le Café Tabac et le Time Café où chaque soir il joue avec des artistes comme Maroon 5, Lenny Kravitz et Sheryl Crow. Sa rencontre avec ces artistes élargit ses horizons musicaux et il découvre qu’il aime aussi la musique pop et contemporaine. À New York il travaille également avec Danny Elfman le compositeur des bandes originales des films de Tim Burton. En 1996, il retourne à Rome et le club "Il Locale", lieu de prédilection pour tous les musiciens de la nouvelle "école romaine", qui devient aussi son point de référence pour les performances live.

Dans la même période, il fonde le “Liebhaber Konzert Trio” (LKT), avec Giuseppe Pistone (guitare) et Alessandra D’Andrea (flûte). Le LKT se lance dans une tournée de deux ans de concerts européens en jouant des extraits de Rossini, Mozart, Haydn, Debussy et Piazzolla complètement réarrangés et réadaptés. Le trio est également invité à participer au 40e Festival de Spoleto. Dans cette période, il joue avec différents groupes de musique populaire et ethnique parmi lesquels le Meridia et le populaire groupe balkanique, Ogila. En 1997, il commence à travailler avec Franco Califano, une collaboration qui durera trois ans. En 1998 il rencontre l’un des artistes les plus importants de la scène musicale italienne, Lucio Dalla, qui, tellement impressionné par son talent demande à Olen de se joindre à lui pour une tournée mondiale durant laquelle il va jouer dans les théâtres les plus prestigieux du monde entier.

Olen Cesari a eu l’honneur de jouer aux côtés de la légende du rock Bob Dylan et de l’inoubliable pianiste de jazz Michel Petrucciani à l’occasion du Congrès Eucharistique XXIII à Bologne en face du pape Jean-Paul II et d’un auditoire de deux millions de personnes. En 2001, il accompagne la chanteuse italienne Anna Oxa pendant un an. Olen Cesari commence à jouer en live avec Simone Cristicchi et aussi avec l’un des artistes les plus intéressants de la scène musicale italienne, Sergio Cammariere, avec qui il jouera pendant quinze ans. En 2004, il fonde son propre label indépendant "Olen Art" et produit la chanson Tutta la vita in un momento, traduite en anglais sous le titre Back in town et chantée par le Canadien Matt Dusk, au plus haut du palmarès de la musique internationale.

En mai 2010, il joue au « Concerto del 1°Maggio » à Rome et il accompagne en tant qu’invité spécial de Juliana Pacha, l’une des chanteuses les plus célèbres d’Albanie, au Festival de l’Eurovision à Oslo. Olen Cesari a un grand amour pour le cinéma. Avec Sergio Cammariere il a composé et produit la musique pour le film "L’Italiano", réalisé par Ennio De Dominicis, pour Maria Sole Tognazzi le drame “Non finisce qui” et pour le documentaire “Mattia Preti, il pennello e la spada” réalisé par Francesco Cabras et Alberto Molinari. Il a composé la musique du court métrage “Diamonds, bullets and fate”, lauréat du Grand Prix du Jury au Festival du film de Houston au Texas en 2005. En 2006 il compose la musique pour le documentaire « The Big Question” tourné sur le film de Mel Gibson "La Passion du Christ ». En novembre 2010 Olen Cesari sort son premier album "Unexpected" (Art Olen) qui atteint immédiatement le haut du tableau i-Tunes.

« J’ai eu l’idée pour ce disque en août dernier (2009) quand, en jouant dans un trio, j’ai participé à un concert avec d’autres artistes pour l’événement musical," Campi Sonori ", à L’Aquila, déclare Olen Cesari. "Pour moi, c’était une occasion très émotionnelle, je savais que je jouais devant un public qui était différent de celui dont j’avais l’habitude. Une multitude de gens frappés par une tragédie, par un deuil difficile à imaginer pour nous. Après les premières notes, j’ai soudain réalisé qu’ils dansaient, les yeux fermés, se balançant en rythme, comme si la musique les transportait à des endroits lointains. En cet instant, j’ai décidé que nous ferions le concert ensemble, j’ai jeté la liste que j’avais préparée et je leur ai demandé où ils aimeraient être à ce moment. Ma question a réveillé un chœur de suggestions et nous sommes partis pour un voyage musical autour du monde à travers les quatre continents. J’ai toujours su que la musique a la capacité de déplacer les gens profondément et de les unir. C’est ce qui s’est passé ce soir-là et c’est quelque chose que je n’oublierai jamais ».

C’est de cette façon « inattendue » qu’est né l’album solo d’Olen Cesari, l’interprétation de neuf grands classiques et quatre nouvelles compositions inédites. Grâce à la sensibilité profonde d’Olen Cesari et à son esprit kaléidoscopique, grâce à des invités spéciaux du plus haut calibre, il a eu des chansons comme « Anema e Core « (Italie) avec la voix de Lucio Dalla et le piano de Sergio Cammariere, « Sweet Georgia Brown » (Etats-Unis) avec Fabrizio Bosso, star internationale du jazz, à la trompette, la voix fascinante de Rosalia De Souza dans "Aguas de Março" (Brésil) et Elsa Lila, ambassadrice de la musique albanaise à travers le monde dans « A kane uje ato burime ».

http://www.olencesari.com/managemen...

http://www.youtube.com/watch?v=3g22...

http://www.youtube.com/watch?v=dQBl...

http://www.youtube.com/watch?v=PoUi... www.olencesari.com

Une Production « Rezart Jasa Events » et Olen Cesari. Tarif : 25 euros. Prévente : 20 euros. Chèque à envoyer à Rezart Jasa Events à l’adresse : BJ DOM 192 Bd Voltaire, 75011, Paris.

Le


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 995799

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TOUT AZIMUT...  Suivre la vie du site Spectacles   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce