Albania

Redjep MITROVITSA dans "Opium" au Théatre d’Aubervilliers, du 23 septembre au 29 octobre

Je veux prouver que les chercheurs de paradis font leur enfer. Charles Baudelaire

mardi 28 septembre 2010 par en

Opium est un spectacle librement inspiré des Paradis artificiels de Charles Baudelaire, programmé dans le cadre des "Rencontres Ici et Là" du Théâtre d’Aubervillier.

Adapté par Marion Bottolier et Ezéquiel Garcia-Romeu, sur une mise en scène Ezéquiel Garcia-Romeu, il est interprété par Redjep Mitrovitsa et Ezéquiel Garcia-Romeu.

Le Théâtre d’Aubervilliers :

Le comédien Redjep Mitrovitsa porte avec une belle humanité la voix du grand poète qui rend compte d’un siècle où les opiacés se consommaient librement, avec l’illusion d’une créativité décuplée. Les Paradis artificiels tentent de démasquer l’opium et ses lendemains de fête terribles, avec pour sujet d’étude Thomas de Quincey, dont les Confessions d’un mangeur d’opium anglais inspirèrent Baudelaire. Dans la pénombre de la scène, au fil d’une langue à la poésie rare, rythmée pourtant de mots sans appel, Ezéquiel Garcia-Romeu, maître marionnettiste, offi cie discrètement pour créer autour de la marionnette de Thomas de Quincey des tableaux impressionnistes où de précieuses poupées s’affairent avec langueur, comme autant d’ultimes tentations d’un rêve d’ailleurs. Une peinture sensuelle et sulfureuse d’une quête d’absolu, sans retour.

Charles Baudelaire :

Il est des jours où l’homme s’éveille avec un génie jeune et vigoureux. […] Ce qu’il y a de plus singulier dans cet état de l’esprit et des sens, que je puis appeler paradisiaque, si je le compare aux lourdes ténèbres de l’existence commune et journalière, c’est qu’il n’a été créé par aucune cause bien visible et facile à définir. […] Cette acuité de la pensée, cet enthousiasme des sens et de l’esprit, ont dû, en tout temps, apparaître à l’homme comme le premier des biens : c’est pourquoi, ne considérant que la volupté immédiate, il a cherché […] les moyens de fuir, ne fût-ce que pour quelques heures, son habitacle de fange, et d’emporter le paradis d’un seul coup. Hélas ! Les vices de l’homme contiennent la preuve de son goût de l’infini ; seulement, c’est un goût qui se trompe souvent de route.

THEATRE DE LA COMMUNE, Centre Dramatique National d’Aubervilliers, 2 rue Edouard Poisson - 93304 Aubervilliers cédex. tel +33 (0)1.48.33.16.16. MÉTRO / Ligne 7 direction « La Courneuve », station « Aubervilliers-Pantin-Quatre Chemins ».


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 995799

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site TOUT AZIMUT...  Suivre la vie du site Spectacles   ?

Tous droits réservés © 1997-2018 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce