Albania

Poster un message

En réponse à :

Une anthologie de la revue “Albania” : sur les traces de Faik Konica

par Safet Kryemadhi
lundi 5 juin 2017 par en, E. Noygues

Le premier paragraphe de la préface (Traces de Faïk Konitza)

Les morts ont un destin. Celui de Faïk Konitza, après son décès le 15 décembre 1942 à Washington, est singulier. À l’image de son existence. Dans une Europe en feu, la guerre met hors d’atteinte l’Albanie, pour quelques mois encore sous occupation italienne.

Expatrié la plus grande partie de sa vie, Konitza poursuit son exil durant la mort. « L’exilé est un mort sans cadavre, sans sépulture », confirme Christian Jacob. Provisoirement, espère-t-on, la terre d’Amérique héberge la dépouille de Faïk Konitza, au cours d’une cérémonie funèbre à Forest Hills où l’on joue Wagner, son compositeur favori.

Ministre du Royaume d’Albanie aux États-Unis, privé de ses attributions après l’invasion fasciste du pays des aigles le 7 avril 1939, l’homme avait chargé son meilleur rival, l’archevêque orthodoxe Fan Noli, par ailleurs traducteur de Shakespeare, Poe, Cervantès en albanais, de rapatrier son corps à la fin de la guerre...

L’homme séduit ou fascine ses contemporains

« Un élégant conspirateur » d’après le journaliste Maurice de Waleffe. « Sa pensée communiait avec ce que l’intelligence européenne possède de plus élevé », précise le diplomate belge Fernand Van Langenhove. Léon Cahun voit en Konitza « l’un des meilleurs esprits et des plus fermes ».

André Salmon décrit « un de ces purs (au dernier rang des purs) » tandis qu’Apollinaire n’a cessé de clamer son admiration pour « l’Albanais le plus érudit de l’Europe  ». Le jeune Konitza avait fait de la France sa « patrie intellectuelle ».

Presque chaque numéro propose, à côté d’articles en albanais, des textes écrits dans un français classique, clair et sobre.

A lire également sur ce site :
- Guillaume Apollinaire et Faik Konica : une amitié européenne
- 2013 : une année faste pour la littérature albanaise en français : Balades littéraires en Albanie
- Albania ... (1)20 ans déjà : sur les traces de l’écrivain Faik Konitza, jeudi 15 juin

Table des matières

Traces de Faïk Konitza

Essai sur l’éducation

Anthologie de la revue « ALBANIA » 1897-1909 :
- Histoire, étymologie, carte
- Skanderbeg
- Aladro et les faux princes d’Albanie
- Sur la langue albanaise
- Anecdotes et curiosités historiques
- Jeunes-Turcs et domination ottomane
- Grecs et Albanais
- Albanais d’Italie
- Polémiques, épigrammes, traits d’esprit

Notes politiques

Portraits et caractères

Lecture

Annexes :
- L’Albanie et les Turcs
- Une prophétie contemporaine touchant l’Albanie
- Ces féroces Albanais !
- Un condamné à mort qui s’en fiche
- Revue bibliographique : « Essai sur l’Éducation »

Remerciements

Une publication des Éditions OVADIA

A LIRE ÉGALEMENT SUR CE SITE :



modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 801292

Suivre la vie du site fr    ?

Tous droits réservés © 1997-2017 Albania
Site réalisé avec SPIP 2.1.8 + AHUNTSIC
sur la ferme à SPIP de DnC développements sites et eCommerce